Aiki ken #9 – L’irimi d’O Sensei – 2ème Partie

Nous avons vu dans « Aiki ken #8 » l’étrange différence entre l’irimi d’O Sensei et celui de Morihiro Saito en réponse à la même attaque shomen uchikomi du sabre.

Cette différence est marquée par une position très particulière des pieds d’O Sensei : le pied arrière ne bouge absolument pas, il reste dans la ligne d’attaque du sabre, le corps quitte donc cette ligne d’attaque grâce au déplacement exclusif du pied avant qui est ici caché par le hakama :

Je peux témoigner, et avec moi tous les élèves d’Iwama, que la position de maître Saito est ici fidèle à ce qu’il a toujours enseigné. Mais je ne peux pas en faire autant pour O Sensei, et la première question qui se pose donc, c’est évidemment de savoir si le déplacement du Fondateur sur cette photo n’est qu’un accident, un détail fortuit, une particularité impossible à généraliser et qui n’a donc pas de portée, ou bien si c’est au contraire un élément récurrent de ses déplacements, auquel cas il faudrait évidemment accorder notre plus grande attention à cette « différence » qui caractérise l’irimi d’O Sensei.

Les deux photos suivante d’O Sensei sur la même technique sont de moins bonne qualité, mais elle ont l’immense avantage de nous permettre de voir clairement le positionnement de ce pied avant :

On vérifie d’abord que le pied arrière ne bouge absolument pas, qu’il reste comme sur la première photo dans la ligne de coupe du sabre. Et on voit bien désormais le travail du pied avant : il a glissé avec le corps sur le côté droit, pointe du pied tournée vers uchitachi, transformant par ce simple mouvement le migi hanmi d’O Sensei sur la ligne d’attaque en un hidari hanmi sur le côté de cette même ligne. Il n’est pas possible de faire un déplacement plus économe pour quitter l’axe de l’attaque d’uchitachi tout en pénétrant dans sa garde.

La quatrième photo ci-dessous d’O Sensei pour la même technique est en tous points identique aux trois précédentes, et diffère également de l’irimi de Morihiro Saito par cette très étonnante inversion des jambes, ce contre-pied que nous avons relevé dans « Aiki ken #8 » :

Sur la cinquième photo ci-dessous, prise à Iwama, la ligne d’attaque est matérialisée cette fois par le tsuki de Morihiro Saito. Mais on s’aperçoit qu’O Sensei se déplace exactement de la même manière que sur les photos précédentes : le corps et le pied avant s’écartent de la ligne, mais le pied arrière, lui, reste imperturbablement immobile à ce moment de l’action :

Il semble donc bien que ce déplacement très particulier d’O Sensei ne soit pas, comme nous en avions envisagé la possibilité au début de ce dossier technique, une simple anecdote, un détail lié au déclenchement aléatoire de l’obturateur photographique dans le cours du mouvement. Il semble au contraire que ce déplacement du fondateur soit très systématiquement le même dans toutes les situations analogues.

Et nous sommes confortés dans ce sentiment en découvrant que l’on retrouve sur les irimi au ken ce qui apparaît de plus en plus comme une règle du déplacement d’O Sensei:

On voit clairement que le positionnement des pieds est strictement le même que sur les photos de tachi dori, le pied arrière reste toujours dans la ligne d’attaque, seul le pied avant quitte cette ligne :

Le tai jutsu, le ken… mais alors, si l’on compare maintenant cette position systématique d’O Sensei avec la mystérieuse position de pieds du gaeshi tsuki de notre photo de départ, et si l’on trouve qu’il s’agit une fois encore de la même position, nous pourrons affirmer avec suffisamment de certitude que ce déplacement atypique est caractéristique de l’irimi d’O Sensei :

Quelle bonne surprise, il s’agit bien de la même position, inversée comme il se doit sur ces photos puisque le ken attaque ici à droite et que le jo pique lui à gauche.

Pour nous en assurer tout à fait, nous allons retourner horizontalement la photo au jo d’O Sensei, les puristes comprendront que c’est pour la bonne cause :

Il s’agit incontestablement de la même position.

Ajoutons maintenant à cette comparaison la position du tai jutsu :

Nous pouvons conclure qu’O Sensei, chaque fois qu’il débute son irimi par un mouvement de la partie avant de son corps (nous verrons dans un autre dossier ce qui se passe quand il entre avec la partie arrière), le fait systématiquement de la même manière, en ne bougeant que cette jambe avant, et en laissant le pied arrière immobile dans la ligne d’attaque, et cela qu’il soit à mains nues, qu’il ait un ken ou qu’il ait un jo.

Mais surtout, les photos montrent qu’au moment crucial du contact, que ce soit avec le ken, avec le jo ou à mains nues, O Sensei garde ce pied arrière là où il se trouve, là d’où il n’a jamais bougé, il frappe dans cette position qui n’est donc pas une position transitoire avant la frappe, mais bien la position même de la frappe.

Nous verrons dans le prochain dossier les conséquences fondamentales que cette information va nous permettre de dégager.

Philippe Voarino, mars 2014.

Commentaires

Bonjour Philippe pour quelle raison Maitre Saito n avait pas adopté cette position ? est il possible de penser que O Sensei par sa maitrise et son savoir ,adoptait cet Irimi "spécfique à lui", et lui seulement ?

merci Serge

Bonsoir,

je me permet une simple observation visuelle, si de nul doute O Sensei pratique en respectant les principes qu'il a bien compris ou "sortis de l'ombre dans lesquels ils étaient enfouis" (Axe vertical et horizontal, rotation,centrage etc....), son écartement de jambes, malgré sa petite taille, me semble bien différente ( et tout au moins plus important que la largeur des hanches)... que ce que nous voyons habituellement dans nos stages avec PV ou MJ ( pieds rapprochés proches de l'axe)...certainement qu'il y a une explication....si j'ai bien tout compris, O Sensei pratiquait bien l'Aikido à un niveau....ultime....celui qu'il faudrait atteindre....

Bien à vous

Eric

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/aiki-ken-9-lirimi-do-sensei-2eme-partie?language=en
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)