Au-delà de la méthode #4

Ni no tachi

Vidéo # 4 : passage de l’exercice linéaire à la réalité circulaire

Explication du principe irimi-tenkan

Ceci est la dernière vidéo sur l’exercice qui porte le nom de ni no tachi dans la méthode de maître Saito, on y trouvera ce qu’il faut entendre par « principe irimi-tenkan ».

Irimi et tenkan sont deux termes contraires mais qui ne s’opposent pas : ils sont complémentaires. Ce sont eux qui ensemble définissent la rotation de l’Aiki.

L’image de ce principe est donnée par la mobilité synchronisée de la hanche droite et de la hanche gauche, que l’on peut résumer ainsi : quand la hanche droite tourne vers l’avant, la hanche gauche tourne vers l’arrière, et inversement quand la hanche gauche tourne vers l’avant, la hanche droite tourne vers l’arrière.

Il est difficile de se représenter ce que je vais dire maintenant, mais c’est pourtant la réalité : c’est parce que l’axe central est immobile que le corps humain peut se mettre en rotation autour de cet axe. C’est, ici rapporté aux mouvements du corps humain, ce que la tradition taoïste appelle le moteur immobile de l’action. En d’autres termes, si les hanches se mettent en rotation complémentaire, c’est parce que le vide médian par lequel elles sont unies est immobile. Ce vide occupe le centre même de la colonne vertébrale, son cœur, et il est l’origine du mouvement d’Aikido.

Il y a également un point plus concret et fondamental, dont la compréhension est de toute première importance : cette mise en rotation des hanches est possible seulement à partir de la position hanmi (roppo), mais elle n’est pas possible en position hanmi. En effet, s’il est entendu que la position triangulaire est indispensable pour que puisse être initié un déplacement instantané dans les six directions (et c’est bien pour cette raison justement que son nom, roppo, signifie six directions), en revanche dès que le premier pied (avant ou arrière) bouge en rotation à partir de la position triangulaire, la figure au sol prise par les pieds est celle d’un carré. Cette réalité physique est énoncée, sur le plan du symbole, par l’idée que le triangle qui se met en rotation devient carré.

Ceci explique pourquoi toutes les photos d’O Sensei prises au moment de l’action le montrent dans une position de pieds carrée, et jamais dans une position triangulaire, alors que toutes les photos prises au départ ou à la fin de l’action le montrent au contraire dans un hanmi impeccable.

Or c’est seulement quand les pieds sont en carré que la rotation des hanches en complémentarité est rendue possible. Dans la position hanmi, les hanches sont au contraire bloquées du fait de la position triangulaire (sankaku) des pieds, et leur rotation est empêchée.

Il se trouve, et nous l’avons vu (cf. « Au-delà de la méthode #1 », que l’exercice linéaire d’avant en arrière exige justement - dans le cadre de l’étude purement formelle de la technique - que le corps soit en position hanmi au moment de chaque action.

Voilà pourquoi le principe irimi-tenkan ne peut pas encore apparaître dans le travail en ligne. Le principe irimi-tenkan ne peut apparaître que dans la rotation des pieds en carré dans le cercle des quatre directions. Comme cette mise en mouvement des pieds en carré n’est par ailleurs possible qu’au départ de la position triangulaire hanmi, qui en est l’origine et aussi le point de retour, on vérifie bien que l’Aiki Takemusu ne peut apparaître, selon les propos mêmes du Fondateur, qu’à partir du moment où le triangle, le carré et le cercle sont unis dans une rotation commune.

Philippe Voarino, juin 2015

Commentaires

bonjour Philippe,

j'ai murement et acidument travailler vos deplacements apres le stage et je me heurte encore et toujours au meme soucis, ce dont j'avais deja débattu avec vous et la video semble justifier mon idée. je m'explique lors de la premiere coupe j'ai besoin d'un appui en plaçant mon pied avant qui devient arriere apres, pendant ma coupe en rotation cependant pour la deuxieme coupe il faut la meme chose et c'est ce que vous faites au ralenti, ce qui permet d'etre tres puissant et centré au moment de la coupe, de ce fait je ne vois pas comment enchainer les deux coupes sans s'arreter! les 1er 3eme et 4eme coupes sont logique mais pas le passage de la 1 à la 2 sauf si reelement dans ce cas je passe directement a la deuxieme coupe sans appuyer du tout la 1ere, j'espere etre claire. CORDIALEMENT. GILLES

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/au-dela-de-la-methode-4?language=en
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)