Au-delà de la méthode #9

1er KUMIJO

Vidéo #9 : explication de gaeshi tsuki

La frappe gaeshi tsuki ne s’effectue pas en position hanmi, elle commence en position hanmi, et elle se termine en position hanmi, ce qui est bien différent.

A partir de la position hanmi, la rotation du corps amène les pieds dans une position carrée que l’on peut nettement voir sur la vidéo. Cette position correspond au temps de la frappe, et c’est bien cette position que l’on trouve sur les photos d’O Sensei au moment de la frappe gaeshi tsuki (cf. « Le déplacement d’O Sensei #1 »), et pas du tout la position hanmi :

Bien sûr la position hanmi sera finalement retrouvée, mais seulement après la frappe.

La raison fondamentale qui empêche de frapper gaeshi tsuki en hanmi, c’est qu’en prenant la position hanmi, la hanche droite s’efface vers l’arrière. Or cet effacement vers l’arrière a deux conséquences majeures, inévitables :

  1. Il rend impossible toute rotation des hanches autour de l’axe,
  2. Il éloigne mécaniquement le jo du point d’impact, ce qui est le contraire de l’action recherchée.

Je ne conteste pas que Morihiro Saito enseignait la frappe gaeshi tsuki en position hanmi dans sa méthode. C’est ainsi que je l’ai apprise de lui, ainsi que je l’ai moi-même longtemps enseignée, et ainsi que je continue à le faire dans le cadre de la méthode.

En revanche, dès que maître Saito quittait le cadre scolaire de sa pédagogie, il frappait gaeshi tsuki exactement comme O Sensei, c’est à dire les pieds en carré, et pas du tout en position hanmi.

Je peux témoigner qu’à Iwama, dans les années 1980, j’ai vu personnellement maître Saito pratiquer de la sorte à plusieurs reprises. Mais comme je sais bien que ma parole ne suffira pas à convaincre tous ceux qui pensent que l’Aikido est tout entier dans la méthode, voici la preuve incontestable, par l’image, de cette réalité.

Le gaeshi tsuki du clip est effectué en 1979 devant l’Aiki Jinja d’Iwama, et on peut vérifier que maître Saito frappe par une rotation des hanches autour de l’axe, cette rotation lui fait adopter une position carrée, et absolument pas une position hanmi.

Philippe Voarino, août 2015

Commentaires

bonjour Philippe, clip de SAITO tres interressant!! Voici une video qui illustre bien mes anciens propos Pour en revenir a la nécessité des kumitachis et kumijos voila une interrogation, a partir du moment ou UKE se déplace de manière classique comment mettre en place une pédagogie ou dans un cas tori travaille en rotation et uke de façon rectiligne? SAITO pour des raisons de securité a mis en place une méthode qui préserve uke et les bases mais au détriment de l'AÏKIDO. Bien sur la sempiternelle "après la méthode viens L'aïkido" mais dans la réalité, un professeur peu très difficilement passer d'un bord a l'autre sans risquer la noyade et surtout du coté pratique comment justifier auprès des élèves que dans le même dojo il faut passer a l'aïkido après 10ans alors que pour faire les cours des nouveaux il faut aussi des professeurs qui enseigne la méthode! Je ne parlerai pas du manque de puissance des frappes linéaires vous en avez assez parlé. Pourquoi ne pas travailler exclusivement les suburis et des enchainements de suburis mais de manières aléatoires dans les 8 directions ? Nous en avions parlé au stage mais je vous demande de réfléchir a une méthode ou la rotation serai au centre des principes et ou vos stages pourrait s'adresser a tout les pratiquants d'Aïkido pas seulement ceux qui connaissent la méthode. Je sais que je ne me fait pas que des amis en parlant de cela mais il faut bien que quelqu'un s'y colle Respectueusement

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/au-dela-de-la-methode-9?language=en
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)