Ikkyo / shiho nage


Ikkyo
Kosa dori. La saisie est sur le dessus du poignet.


Shiho nage
Kosa dori. La saisie est sur le dessous du poignet.


Ikkyo : la spirale part vers la gauche.


Shiho nage : la spirale part vers la droite.


Point haut de la spirale d'ikkyo.


Point bas de la spirale de shiho nage.


Deuxième partie de la spirale d'ikkyo.


Deuxième partie de la spirale de shiho nage.


Dans ikkyo uke est déséquilibré vers l'avant.


Dans shiho nage uke est déséquilibré vers l'arrière.

Commentaires

Bonjour,

Vous présentez ikkyo et shiho nage comme des techniques complémentaires dans leur réalisation.Pouvez vous me confirmer qu’elles sont également complémentaires dans la mesure où elles sollicitent toutes les deux l’articulation du coude et à ce titre appartiennent toutes les deux à la "famille" ikkajo ?

D’autre part et pour rester dans le domaine des mouvements appartenant à la même famille, vous présentez dans vos cahiers techniques nikyo et kote gaeshi comme appartenant à nikajo, sankyo et kaiten nage comme appartenant à sankajo.

Pourriez vous s’il vous plaît préciser ce qu’il en est des familles yonkajo et plus particulièrement gokajo ?

J’ai cru comprendre que la famille gokajo représentait les techniques sollicitant la notion d’irimi, on doit donc y trouver logiquement irimi nage.

Cependant j’ai lu dans une nomenclature FFAB qu’était également placé dans ce groupe gokyo. Or je pensais que gokyo était une adaptation de ikkyo sur une attaque au tanto.Gokyo est nommé aussi ude nobashi et concerne de ce fait à priori le coude...

En quoi irimi nage et gokyo peuvent ils être rapprochés ? S’agit-il d’une erreur ? Et qu’en est il de tenchi nage ?

Cela fait beaucoup de questions, veuillez m’en excuser, mais j’aurai souhaité avoir quelques éclaicissement sur cette classification des techniques en familles.Merci.

Bonjour Maitre,

Je me permets de revenir sur mon précédent questionnement afin de solliciter à nouveau une éventuelle réponse.

Irimi nage, Tenchi nage et gokyo appartiennent elles toutes trois à la famille gokajo selon l’ancienne classification technique dont Tadashi ABE semble être le promotteur ?

D’autre part connaissez vous une source où je pourrais trouver une trace de cette classification ?

Merci encore de donner à tous la possibilité d’enrichir leurs connaissances à travers ce site.

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/ikkyo-shiho-nage?language=en
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)