Sankyo / kaiten nage (SANKAJO)

Saisie katate dori.

Quand vous passez sur l'intérieur (uchi), l'atemi est indispensable sinon votre flanc est exposé.

Vous devez entrer dans l'angle du déséquilibre arrière d'uke.

Seule différence entre kaiten et sankyo : dans sankyo vous saisissez le poignet d'uke avec votre main libre.

Amenez le point de saisie dans l’axe de votre colonne vertébrale. Pour faire la rotation utilisez le déplacement happo giri.

Attention, pour sankyo il va falloir changer la saisie des mains comme indiqué.

Ici encore la position et le rapport des corps sont identiques, seule change la saisie.

Dans les deux cas il faut maintenant couper, mais attention, ce point est fondamental : la coupe n'est pas un shomen.

La coupe est un yokomen que vous exécutez en effaçant votre jambe avant (droite ici), la déplaçant ainsi vers le déséquilibre arrière d'uke.

Même mouvement vu sous un autre angle.

Parce que vous avez coupé yokomen en effaçant votre corps vers l'arrière d'uke, ce dernier a dû reculer sa jambe avant (gauche ici) pour ne pas tomber. Dans la position de déséquilibre où il se trouve désormais, saisissez le sommet de son crâne (kaiten nage) ou son coude (sankyo) avec votre main libre.

Jusqu'à ce point les deux mouvements étaient identiques. Ici s'opère une bifurcation : pour kaiten nage vous allez projeter uke dans son déséquilibre avant, pour sankyo vous aller l'immobiliser dans son déséquilibre arrière.




Même phase de sankyo vue sous un autre angle.


Imprimez une torsion au buste d'uke en utilisant pour cela le levier fourni par sa tête et son bras. Votre pied avant en position hito e mi indique la direction où vous allez pousser qui est celle du déséquilibre avant d'uke.


Maintenez la torsion du bras en sankyo et changez de main en sécurisant ce moment dangereux par la poussée de votre cuisse (le genou droit n'est pas encore au sol à ce stade).


Projetez en poussant sur le bras d'uke et en avançant la jambe droite.


Immobilisez en poussant sur le bras d'uke. Dans le changement de main que vous avez effectué, vous devez conserver la torsion du bras en sankyo.


Il est également possible de projeter kaiten nage sans avancer la jambe droite. Dans ce cas, il faudra reculer la jambe gauche dans la phase finale de la projection (qui n'est pas montrée ici). C'est la différence entre la version irimi et la version tenkan de kaiten nage.

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/sankyo-kaiten-nage-sankajo
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)