Tai jutsu - ikkyo

Quand vous êtes saisi aihanmi katate dori, si vous tentez de faire ikkyo en restant sur la même ligne, votre dos est vulnérable à une attaque venant en même temps de l’arrière.

C’est parce que vous ne pouvez pas savoir ce qui se passe dans votre dos que chaque technique d’Aikido vous oblige continuellement à prendre des angles (kakuto) pour quitter la ligne d’attaque. La magie de l’Aikido — et ce point est très remarquable — c’est que le déplacement nécessaire pour déséquilibrer l’adversaire et réaliser une technique, ici ikkyo omote, est à chaque fois celui qui convient aussi pour éviter une attaque arrière et une attaque sur les côtés.

Ici, au moment où vous percevez la menace sur votre flanc droit, ikkyo omote vous expose et n’est plus approprié à la situation car trop dangereux ...

... alignez alors vos orteils avec ceux d’aite et pivotez dans son dos en utilisant la forme ura d’ikkyo. Aite sera votre bouclier.

C’est un mal nécessaire que le débutant aborde l’étude des formes de manière conventionnelle. Car il doit acquérir des connaissances techniques élémentaires, et il n’y parviendra pas sans un travail méthodique, encadré, un peu scolaire, à dire vrai bien éloigné encore de ce que propose l’Aikido.

Ce travail exige d’uke une grande honnêteté et une neutralité bienveillante. Uke n’est pas là pour empêcher délibérément. Il n’est pas là non plus pour faire à votre place. Il est là, tout simplement, comme la barre devant l’haltérophile. En ce sens, il n’est pas l’adversaire qui veut vous détruire, mais l’ami qui vous permet d’apprendre. Ne transformez pas l’entraînement en un absurde test de force. L’ennemi, le vrai, viendra peut-être un jour vérifier ce que vous avez appris.

Quand les bases techniques sont acquises, vers le niveau du 3ème dan, le temps est venu pour le pratiquant de s’orienter progressivement vers une méthode d’entraînement où la technique n’est plus déterminée avant l’exécution, mais où la forme technique surgit au contraire spontanément, comme une conséquence nécessaire de la situation, sans qu’il y ait intention ou préméditation de sa part. En un mot il reste encore à l’étudiant à ce stade à devenir libre. L’Aikido ne convient pas aux hommes pressés. C’est une longue route.

Etre libre ce n’est pas faire à sa fantaisie ce qui passe par la tête, c’est reconnaître les lois de l’Univers, les accepter et les laisser librement s’exprimer à travers le corps. C’est un art. C’est le travail d’une vie.

Commentaires

Bonjour Maître, Ne sachant pas trop où placer ce commentaire, je le place ici dans la mesure où la technique décrite dans l'article concerne ikkyo à parti d'une saisie aihanmi katate dori.

Au risque de passer pour un pratiquant bien peu renseigné sur certains éléments de base concernant la pratique de l'aïkido, je me permets de vous poser la question suivante.

Autant je comprends le sens de saisies telles que gyaku hanmi katate dori ou morote dori, autant la saisie aihanmi katate dori m'a toujours paru quelque peu "artificielle".

Cette saisie est une saisie qui s'effectue sur la ligne d'attaque et dans une position "croisée" par rapport à uke puisque les mains et pieds avancés sont les mêmes.

Quel est donc le sens de cette saisie?

S'agit-il juste d'une position sur la ligne pour faire travailler uke par rapport à la ligne d'attaque? Cette attaque a t-elle un lien plus ou moins direct avec une possibilité de blocage d'une main qui chercherait à dégainer un ken? Bref y a t-il une explication particulière à cette forme de saisie ou faut il juste y voir une position sur la ligne?

Bonjour Phil.

Toutes les saisies ont des raisons martiales.

Aihanmi katate dori peut être le début de la saisie ushiro ryote dori, ou de l'étranglement ushiro katate dori kubishime, ou plus simplement d'un contrôle direct du bras par le coude ou l'épaule à l'aide de la seconde main, ou encore l'amorce de yonkyo... il y a beaucoup de possibilités, celle que vous évoquez existe aussi.

Philippe Voarino

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/tai-jutsu-ikkyo?language=en
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)