Au-delà de la méthode #78

Ushiro ryote dori kokyu nage du rapport entre irimi et tenkan

Ce dossier complète le dossier #77.

J’aimerais y faire un gros plan sur le principe de déplacement unique de l’Aikido.

Tori est en hanmi et il a les deux mains saisies dans le dos.

Prenons pour hypothèse qu’il est en hanmi gauche (hidari hanmi). Il va se rendre dans le quart arrière droit du cercle de la manière suivante :

  1. Dans un premier temps, le pied arrière (le droit donc) sort en rotation vers la droite (il s’agit d’un pas sur le côté, et pas vers l’arrière). Cette action stabilise le corps et confère deux pouvoirs : frapper avec la main droite l’adversaire qui arrive sur la droite, et déséquilibrer vers la droite l’adversaire qui saisit les mains. Cette première partie du déplacement porte le nom d’irimi.
  2. Dans un deuxième temps, le pied avant (le gauche donc) sort en rotation vers l’arrière droit. Cette rotation de la hanche gauche vers l’arrière est le mouvement complémentaire de la rotation de la hanche droite vers l’avant. C’est lui qui va « terminer » le déséquilibre et la projection de l’adversaire qui saisit les mains. Cette deuxième partie du déplacement porte le nom de tenkan.

Si le premier pied a obéi au mouvement irimi et que le second a obéi au mouvement tenkan, c’est qu’un principe d’action a rendu cette combinaison possible : ce principe d’action porte le nom de tai no henka. On peut le traduire par « changement ». Tai no henka est le principe d’action de l’Aikido, irimi et tenkan sont la première division de ce principe unique en deux « forces » complémentaires. En se combinant de manière éternellement renouvelée, ces deux forces vont donner naissance aux techniques innombrables de l’Aikido. Ce jaillissement technique à partir du principe, c’est-à-dire à partir de tai no henka, c’est-à-dire à partir du changement, porte le nom de Takemusu.

Tai no henka est à l’origine de l’Aikido, et c’est pourquoi l’entraînement quotidien commence par tai no henka.

Ainsi l’Aikido est conforme à la formation de l’Univers : pour naître à la manifestation, l’unicité de l’Un s’est transformée en dualité, une « polarisation » yin et yang est apparue qui n’existait pas à proprement parler préalablement. Cette trinité est un mystère. Dans le respect des combinaisons inépuisables des deux puissances initiales d’harmonie, toutes les formes de la matière et de la vie ont pu ensuite parvenir à l’état particulier d’équilibre qui est le leur pour un temps donné.

On voit bien sur la vidéo que tenkan est indispensable pour projeter uke. Il est également indispensable pour atteindre une position sécurisée, hors de portée des attaques initiales portées par quatre adversaires.

Irimi tout seul est un leurre, tai no henka ne s’y trouve pas, c’est seulement avec tai no henka que sont conférés les pouvoirs de l’Aikido, et donc avec irimi-tenkan. Résumer l’Aikido à irimi, c’est le voiler à la face du monde. O Sensei a voulu cela. C’est le sens profond du mensonge auquel il a fait allusion à propos de son art.

On peut discuter des raisons qui l’ont poussé à dissimuler cet art derrière ce qui n’est que son apparence, mais l’erreur que nous avons tous commise fut de croire que l’Aikido nous avait été donné. C’est l’ombre de l’Aikido qui nous a été donnée. Il est vrai toutefois que suffisamment nous a été donné aussi pour faire le chemin qui sépare l’ombre de la réalité dont elle témoigne. Ce chemin encore faut-il le parcourir.

Philippe Voarino, décembre 2017.

Commentaires

Salut,

bel Aîki que de remarquer que sur les 8 dernières photos du forum de présentation, tous les "adversaires ou Uke" sont en déséquilibre, sauf une, ........alors vous voyez l'invisible ??? .....dans les suburi.....seul..... Merci encore Philippe de tes apports, recherches et concrêtisations et tous les pratiquants.... De bons moments à partager à vous pour cette fin d'année.... Tchuss, Eric

Bonjour ,

Merci tout d´abord à Philippe Voarino pour toutes les informations transmises dans ce blog ouvert à tous , et pour nous faire partager son expérience , sa recherche dans l´étude de l´aikido d´ O´Sensei Ueshiba .

Je suis ce forum depuis des années , et je peux dire que beaucoup d´articles du site ont souvent mis en lumière des doutes,des questionnements sur ma pratique .

Par rapport à cet article , si tai no henko est le mouvement simultané ,l´interaction irimi/tenkan , alors qu´en est il du mouvement d´entrée sur morote dori kokyu ho ,ou katate dori kokyu nage ,par exemple . Dans ces mouvements , on utilise que la première partie de tai no henko ,un seul changement de hanche, une sorte de Mawate .

Bonnes fêtes ,Yoi otoshi wo mukaete kudasai

Respectueusement , Benjamin

Bonjour Benjamin.

Je crois que je comprends parfaitement votre question. La pemière partie de tai no henka, ce que vous appelez "une sorte de mawate", ce que l'on fait par exemple sur morote dori kokyu ho dans sa forme pédagogique, c'est à dire dans la forme de la méthode, c'est irimi. Le tenkan manque. Que le tenkan manque est bien normal puisqu'il a été décidé justement, et en pleine connaissance de cause, de ne pas le faire afin de pouvoir travailler sur une ligne, en simplifiant ainsi l'exercice.

La simplification de l'exercice, la rotation à 180° au lieu d'une rotation à 270° empêche évidemment tout travail par rapport aux quatre directions, ce qui est en conflit avec les écrits d'O Sensei qui indiquent au contraire, et de manière catégorique, que toute technique d'Aikido doit être exécutée en tenant compte des quatre directions.

Autrement dit, la technique ainsi pratiquée avec une rotation incomplète est fausse. Mais elle n'est pas fausse par ignorance, elle est fausse par conséquence d'un choix pédagogique délibéré. La simplification est une aide sous certains aspects, mais elle ne permet pas de conserver la vérité du mouvement. Il est tout à fait légitime, pour l'apprentissage, de pratiquer les techniques à 180°. Mais c'est un malentendu et une confusion de penser qu'une technique d'Aikido puisse réellement être exécutée ainsi sans avoir recours à la rotation complète, c'est à dire sans avoir recours à tai no henka qui seul permet irimi-tenkan, irimi-tenkan étant lui-même seul garant du déséquilibre correct d'uke, d'une véritable puissance rotative délivrée par les hanches, et du déplacement vers une position de sécurité tenant compte des quatre directions...

Je profite de ma réponse pour souhaiter un très joyeux Noël à tous les lecteurs de ce forum. C'est une période de l'année qui est propice à la réflexion.

Philippe Voarino

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/comment/3259
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)