Au-delà de la méthode #16

KI MUSUBI NO TACHI (3)

Explication du « tsuki » (temps 2)

Nous avons vu dans «Au-delà de la méthode #15» que les temps 1 et 2 naissent d’une seule et même rotation, et que le temps 2 est la conséquence et la continuité immédiate du yokomen réalisé dans le temps 1.

On pourrait évidemment continuer le yokomen du temps 1 par un large gyaku yokomen traversant sur le deuxième adversaire. Mais en faisant cela, on tournerait alors le dos aux deux adversaires restants, et il ne serait plus possible de terminer ki musubi tel qu’il est conçu, c’est à dire pour répondre à l’attaque simultanée de quatre adversaires.

Il est donc nécessaire de terminer un peu court le gyaku yokomen dès que la deuxième cible est atteinte, afin de pouvoir entrer immédiatement sur le troisième adversaire (comme nous le verrons dans « Au-delà de la méthode #17 »).

Ce freinage final du gyaku yokomen oblige alors le corps à adopter cette position caractéristique du sabre (lame vers le haut), qui ressemble à s’y méprendre à un tsuki.

Si cette frappe est effectivement présentée comme un tsuki dans la méthode c’est qu’il n’est pas possible de comprendre le rapport causal entre le temps 1 et le temps 2 du mouvement dans la version pédagogique en ligne de ki musubi no tachi. Ce rapport causal ne peut se comprendre que dans le contexte de l’utilisation du sabre par des mouvements de rotation du corps.

Il suffirait pourtant de se poser cette question élémentaire quand on pratique la méthode : pourquoi le « tsuki » du temps 2 de ki musubi ne se trouve-t-il dans aucun des sept suburi du ken, pourquoi est-il si différent du tsuki tel qu’il est pratiqué dans les suburi 6 et 7 ?

On chercherait en vain la réponse à cette question dans le domaine de la méthode. C’est l’au-delà de la méthode qui nous l’apporte tout naturellement, par une compréhension plus profonde de la réalité : quand on coupe en rotation, il est possible de terminer un gyaku yokomen à la manière d’un tsuki, et avec le sentiment du tsuki.

Philippe Voarino, octobre 2015.

Commentaires

Bonjour Sensei,

j'ai une question à propos de la nomenclature.

A la fin de la vidéo, vous parlez de Yokomen et de Gyaku Yokomen en montrant deux coupes assez différente. Est-ce que "Gyaku" a le sens d'opposé ici? En d'autres termes, une coupe Yokomen mais inversé? Ou, est-ce qu'il y a une explication plus profonde? (côté utilisation dans la pratique)

Cordialement Grégoire.

Bonjour Gregoire.

C'est une question d'angle de coupe. L'angle de yokomen et l'angle de gyaku
yokomen est le même. La différence tient seulement dans le sens de la coupe
de haut en bas ou de bas en haut.

Philippe Voarino

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/au-dela-de-la-methode-16?language=en
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)