Au-delà de la méthode #3

Ni no tachi

Vidéo # 3 : passage de l’exercice linéaire à la réalité circulaire (frappes 1, 2, 3 et 4)

Tout comme les frappes 1 et 2 (cf. « Au-delà de la méthode #2», les frappes 3 et 4 respectent scrupuleusement le plan du suburi linéaire : hidari tsuki pour le temps 3 et shomen uchikomi pour le temps 4.

Mais désormais, ces quatre frappes ne s’effectuent plus en ligne, en reculant face à un adversaire unique qui attaque de manière répétitive. Chaque coup est destiné à un adversaire différent : dans l’art martial véritable on ne frappe pas deux fois de suite la même personne.

Dans la culture japonaise des arts martiaux, de la cérémonie du thé ou du théâtre Nô, tout comme dans le bouddhisme zen, il existe une expression qui signifie qu’il n’y a qu’une chance, et qu’on ne revient pas en arrière : « ichi- go ichi-e ». Chaque action est décisive, chaque moment est l’occasion d’une rencontre et d’une seule, il n’y a pas de place pour la répétition.

Or le kumitachi n°2 est l’exemple même, dans sa forme linéaire, du contraire de ce principe, c’est la mise en scène voulue, systématique, méthodique, d’actions répétitives d’avant en arrière avec la même personne. C’est pourquoi il ne peut pas s’agir encore de l’art martial véritable, c’est pourquoi on ne peut pas encore parler d’Aikido à ce stade de l’étude.

C’est seulement quand ce travail d’étude en ligne est mis en rotation selon les quatre directions qu’apparaît l’art martial véritable.

Le suburi linéaire est la simplification d’une réalité plus complexe, de la même manière qu’un planisphère est une représentation simplifiée (en deux dimensions) de la sphère terrestre (en trois dimensions). N’oublions pas qu’une simplification est commode à certains égards, mais qu’elle entraîne nécessairement une déformation. Cette déformation ne doit pas être perdue de vue dans la recherche de la vérité. Je rappelle l’exemple que j’ai déjà donné à ce sujet dans les « Kajo » : sur une carte du monde, l’Amérique du Sud semble plus petite que le Groenland, alors qu’elle est en réalité huit fois plus grande. C’est une conséquence inévitable de la simplification de Mercator.

Cela doit nous faire réfléchir sur la méthode que nous utilisons pour apprendre l’Aikido : sur son utilité incontestable, comme sur ses limites, parce que c’est une simplification. Et nous allons voir bien d’autres exemples que le kumitachi n°2.

Philippe Voarino, juin 2015

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/au-dela-de-la-methode-3
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)