Kumijo #1 - 4 directions (1+2)

Le premier Kumijo est présenté dans sa forme linéaire classique et complète dans le dossier précédent (#114).

Nous mettons maintenant ce Kumijo dans les quatre directions, en nous intéressant aux deux premières pour l’instant. Les directions 3 et 4 seront traitées dans le dossier suivant.

Le gaeshi tsuki est pour l’adversaire de droite. Ce gaeshi tsuki doit permettre à uke jo de quitter l’axe d’attaque des deux adversaires en effaçant son corps. Il n’y a qu’une manière possible de porter ici gaeshi tsuki (c’est-à-dire de faire irimi) tout en évitant les frappes adverses, c’est d’initier une rotation à partir d’un mouvement tenkan de la hanche arrière (droite). Ce mouvement tenkan permet en effet deux choses simultanément : effacer la moitié droite du corps d’uke jo, et faire pénétrer la moitié gauche dans la sphère adverse, la hanche tenkan "poussant" la hanche irimi.

A ce stade, le pied droit de tori a pivoté sur lui-même, mais il n’a pas encore quitté sa position initiale : au moment où le jo touche l’adversaire de droite, le pied droit d’uke jo n’a pas encore changé de place, c’est capital. Ce pied ne va quitter sa position que pour frapper le deuxième adversaire (celui qui était devant au départ du mouvement). Dans cette deuxième partie de l’action rotative, la hanche droite est encore tenkan et la hanche gauche encore irimi. La spirale est ainsi menée à son terme.

Le gaeshi tsuki exploite ici l’un des deux seuls déplacements possibles (selon les lois de l’Aikido) dans ce quartier avant droit du cercle formé par les attaquants.

Philippe Voarino, décembre 2018.

Qu’est-ce que l’Aikido Traditionnel ?


L’Aikido n’est pas un sport, c’est un art martial dont les lois (takemusu) sont en harmonie avec les lois de l’univers. L’étude de ces lois permet à l’homme de comprendre sa place dans le monde. L’Aikido est né à Iwama, O Sensei a réalisé dans ce village la synthèse entre tai jutsu, aiki ken et aiki jo.

Où pratiquer l’Aikido Traditionnel ?


La Fédération Internationale d’Aikido Takemusu (ITAF) apporte au pratiquant la structure dont il a besoin pour travailler au plus près de la réalité définie par O Sensei Morihei Ueshiba. Ses représentations nationales officielles garantissent un enseignement fidèle à celui légué par le Fondateur.

Les armes de l’Aikido, l’aiki ken et l’aiki jo


Dans l’Aikido moderne les armes sont peu enseignées, voire pas du tout. Dans l’Aikido d’O Sensei au contraire, l’aiki ken, l’aiki jo et le tai jutsu sont unis par des liens tels qu’ils forment ensemble un riai, une famille de techniques harmonieuses issues d’un principe unique. Chaque technique aide à comprendre toutes les autres.

Aikido art martial ou art de paix ?


La paix est un équilibre de l’être humain avec le monde qui l’entoure. L’objectif de l’art martial véritable n’est pas de devenir plus fort que son adversaire, mais de trouver dans l’adversaire un moyen de réaliser l’harmonie, l’ennemi n’existe plus alors comme tel mais comme celui qui offre l’occasion de parvenir au ki unifié.

http://www.aikidotakemusu.org/fr/articles/kumijo-1-4-directions-12
Copyright TAI (Takemusu Aikido Intercontinental)